Arnaud Foisy, Podologue du Sport, 91

La Podologie du Sport 

La podologie orthopédique est une approche mécaniste du corps humain, qui vise à identifier et traiter les troubles statiques et dynamiques qui peuvent l’affecter. En tant que spécialistes, nous proposons aux sportifs une prise en charge adaptée aux pathologies qu’ils peuvent rencontrer dans leur activité physique. 

La podologie  permet de traiter...

...Les pathologies spécifiques aux différents sport : outre les tendinites du tibial postérieur, des fibulaires (péroniers), d’Achille, et aponévrosites plantaires déjà fréquentes dans la population générale, les sportifs peuvent en effet être sujets à les tendinites du moyen fessier, de la patte d’oie, ou des adducteurs (pubalgie) en raison des contraintes spécifiques à leur sport, et, comme toujours, favorisées par leur propre état postural préalable (notamment instabilité et pieds valgus).


Ils peuvent aussi souffrir de :

Syndrome de la bandelette ilio-tibiale 

Aussi nommé syndrome du TFL (tenseur du fascia lata), ou syndrome de l’essuie-glace, c’est une tendinite du fascia lata (aussi nommée bandelette ou tractus ilio-tibial car elle s’attache sur l’os iliaque et le tibia). Elle est favorisée par le dérèglement postural (comme toutes les tendinites), et en particulier par le fait d’avoir un genu varum, et/ou un pied valgus.
Les sports sollicitant beaucoup le genou en flexion-extension sont les plus à même d’être responsables de cette pathologie : course à pied, vélo.
 
 

Périostite tibiale 

C’est un surmenage micro traumatique du bord interne ou antérieur du tibia provoquant une réaction de la couche superficielle de l’os (périoste).
Très douloureuse, elle touche surtout les coureurs de fond, surtout si la course a lieu sur terrain dur.
Une scintigraphie ou une IRM peut être utile en cas de doute.


Syndrome des loges 
C’est une augmentation de la pression dans une loge musculaire (les muscles sont compartimentés dans des loges, séparés par des fascias), le plus souvent la loge antéro-externe de la jambe.
Elle se caractérise par une douleur (intense) survenant toujours après la même durée d’effort (pour la forme chronique).


Il faut faire une mesure de pression dans la loge pour affirmer le diagnostic. Le traitement consiste à adapter l’effort. Quand la douleur survient, il faut arrêter immédiatement l’effort, surélever la jambe et glacer. Un geste chirurgical d’urgence est nécessaire si la douleur ne diminue pas d’elle-même après l’arrêt de l’effort (risque de nécrose).

Bilan podologique

Le bilan podologique, s’il est bien fait, ne s’arrête pas au pied. Le podologue se doit de tenir compte de l’ensemble du corps et des interactions entre le pied et le corps. Ledos disait déjà dans les années 1950 : "Le pied servant de base à l’édifice, ne peut être dissocié du reste du corps, sous peine de fausser le diagnostic. C’est ainsi que certaines algies (lombalgies, gonalgies, myalgies en particulier) résistent à des thérapeutiques qui ne tiennent pas compte des membres inférieurs."

Modes d’action :

Au-delà de l’évolution des techniques et des matériaux c’est aussi et surtout la façon de concevoir les semelles orthopédiques qui a beaucoup changé ces 30 dernières années.  En podologie, pour résumer, on a le choix entre 2 modes de traitement : répartir les appuis ou corriger les malpositions, ce qui correspond à choisir entre traiter le symptôme ou la cause. Les deux pouvant être associés. A chaque fois c’est possible, on commence évidemment par essayer de corriger les troubles statiques, afin d’avoir une action plus causale.


Vous souhaitez prendre rendez-vous ?
Contactez le cabinet au 01 85 41 01 59